37,9 °C, record de température enregistrée à Hong Kong le 8 août 2015.

Hong Kong a connu, le samedi 8 août, la journée la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés météorologiques, il y a 130 ans !

D’après le “Hong Kong Observatory” (HKO), organe gouvernemental en charge du suivi et des prévisions météorologiques à Hong Kong, la température a atteint, aux alentours de 16h, le record de 36,3°C sur son site de Kowloon, et a ainsi battu le précédent record établi en 1990 qui était de 36,1°C. Certains quartiers ont même connu des températures encore plus élevées comme Happy Valley où le maximum enregistré s’élève à 37,9°C, Sheung Shui (37,8°C), Wong Tai Sin (37,6°C), Tseung Kwan O (37,6°C) et Sham Shui Po (37,3°C) [1].

PNG

Ce pic de chaleur a été provoqué par un mouvement des masses d’air provoqué par le puissant typhon Soudelor touchant alors Taïwan. L’intensité de ce type de catastrophes naturelles est renforcée par le phénomène météorologique El Niño agissant actuellement dans le pacifique. Celui-ci se caractérise à la fois par une eau de surface plus chaude que la normale mais aussi par la modification des courants marin et aérien, qui favorisent les phénomènes météorologiques extrêmes tels que le dernier typhon Souledor.

Cette journée du 8 août 2015 confirme la tendance observée localement mais aussi à l’échelle planétaire, dans tout l’hémisphère Nord, depuis le début de l’été 2015. Au mois de juin dernier, l’alerte pour “hot weather” avait été maintenue pendant plus de 13 jours et nuits consécutifs à Hong Kong. Les températures avaient en effet dépassé les 33°C durant 10 journées successives. Ces températures caniculaires ont fait, selon HKO, de juin 2015 le mois le plus chaud à Hong Kong depuis 1885, date des premiers relevés météorologiques [2]. Selon les mesures réalisées par HKO, le nombre de journées enregistrant des températures supérieures à 35°C s’élève aujourd’hui à 20 par an, contre 3 au début du 20ème siècle. Quant aux journées enregistrant des températures inférieures à 4°C, elles sont devenues quasiment inexistantes - la température minimale enregistrée au niveau du site central de HKO, s’élevant à 10.3 °C durant l’hiver 2014/2015 - alors qu’on en comptabilisait encore 15 par an au siècle dernier [3].

Cette journée du 8 août 2015 confirme la tendance observée localement mais aussi à l’échelle planétaire, dans tout l’hémisphère Nord, depuis le début de l’été 2015.

En Europe, les mois de juillet et août ont vu, cette année, la succession de vagues de chaleur de très forte intensité avec de nombreux records de température dans beaucoup de pays (Allemagne, Pays-Bas, Angleterre, Suisse, Espagne…), plaçant de ce fait le mois de juillet 2015 comme le plus chaud jamais enregistré devant le mois d’août 2003. Une nouvelle vague de chaleur, qui devrait se maintenir jusqu’au 15 août dans la partie centrale de l’Europe, devrait une nouvelle fois entraîner les températures aux alentours des 40°C [4].

Cette tendance de réchauffement n’est pas isolée puisque l’année 2014 avait déjà été marquée par un record de chaleur au niveau mondial. L’Agence Américaine d’Observation Océanique et Atmosphérique avait déjà annoncé, en juillet 2015, que la moyenne enregistrée pendant le mois de juin 2015 à la surface des océans et sur la surface terrestre avait été de 0,88°C plus élevée que la moyenne du XXe siècle. Cette différence vient encore surpasser celle enregistrée en juin 2014, qui s’élevait déjà à +0,85 °C. Selon le rapport du même institut, le mois de juin 2015 a donc été le mois le plus chaud jamais enregistré à l’échelle mondiale [5].

Selon le rapport du même institut, le mois de juin 2015 a donc été le mois le plus chaud jamais enregistré à l’échelle mondiale [5].

Les conditions météorologiques des 7 et 8 août 2015 ont, par ailleurs, favorisé des concentrations très élevées de polluants dans l’air de Hong Kong. D’après le département de la protection de l’environnement, l’intensité solaire a favorisé les réactions photochimiques et donc l’apparition d’ozone troposphérique et de « smog » urbain, auxquels se sont rajoutés des taux particulièrement élevés de particules fines et de NO2. La faible intensité du vent a également facilité l’accumulation des polluants dans les basses couches de l’atmosphère. La qualité de l’air dans l’ensemble des stations de contrôle du territoire a donc été jugée « très dangereuse pour la santé » avec des niveaux d’alerte maximaux sur l’ensemble du territoire [6].

PNG

Photos prise sur les quais de Hong Kong le 8 août 2015. Crédits MONIER Justin


Les services d’urgences locaux ont enregistré plus de 1 543 appels d’urgence, provenant en majorité de personne âgées rencontrant des difficultés respiratoires. Le gouvernement local rappelle donc qu’il est indispensable de limiter les activités physiques en plein air, de boire beaucoup d’eau et d’éviter de consommer des boissons contenant de la caféine et de l’alcool. Le Centre de Protection de la Santé rappelle, quant à lui, aux personnes atteintes de diabète ou de maladies cardio-vasculaires de surveiller leur santé plus attentivement lors des pics de chaleur et de pollution.

Sources :

[1] http://www.hko.gov.hk/press/SP/pre20150808.htm
[2 ;3]http://www.lepetitjournal.com/hong-kong/societe/infos-societe/220224-meteo-canicule-et-dereglement-climatique-a-hk-quel-changement-pour-demain
[4] http://global-climat.com/2015/07/12/les-record-de-la-canicule-europeenne-de-2015/
[5]http://www.planetaazul.com.mx/site/2015/07/27/record-mondial-de-chaleur-pour-le-mois-de-juin/
[6]http://www.scmp.com/weather/hong-kong/article/1847760/hong-kong-bakes-typhoon-soudelor-triggers-record-highs-start

Rédacteurs :

MONIER Justin, Chargé de mission scientifique à Hong Kong
SAVES Isabelle, Attachée de mission scientifique à Hong Kong

publié le 11/08/2015

haut de la page