Augmentation du quota de visas vacances-travail [en] [中文]

A compter du 1er janvier 2016, il y aura 500 places par an pour découvrir la France dans le cadre du programme vacances-travail. Les démarches sont simples et la maîtrise du français n’est pas obligatoire, alors saisis ta chance pour vivre une expérience inoubliable !

Comment ça se passe exactement ?

Comme son nom l’indique, ce visa te permet avant tout de partir un an en vacances à l’étranger dans l’un des pays partenaires du programme. L’idée c’est de découvrir un nouveau pays, de vivre de nouvelles expériences personnelles, d’apprendre une nouvelle langue, de voler de tes propres ailes !

Postuler parait si simple pour une telle opportunité…

Tu es Hongkongais(e) ? Tu as entre 18 et 30 ans ? Motivé(e) comme personne pour découvrir la France ? Célibataire sans enfant ? Alors prend ton CV, ta lettre de motivation, ton justificatif d’assurance et assure toi d’avoir de quoi vivre là-bas à ton arrivée puis file déposer ton dossier !

Des vacances, ça se finance non ?

Pour profiter de ses vacances, s’imprégner de la culture locale et s’immerger dans ce nouveau mode de vie, il faut pouvoir subvenir à ses besoins… C’est pour cela qu’un volet « travail » a été intégré au visa. Tu as donc la possibilité d’allier à la fois vacances et découvertes culturelles à l’expérience professionnelle. Il est possible de travailler 6 mois maximum pour le même employeur pour financer tes projets personnels.

Alors, pourquoi pas toi ?

Juste quelques mots d’anglais te suffiront pour te faire comprendre au début du voyage… Alors n’aies pas peur, saisis cette chance et pars pour cette aventure fantastique qui ne t’apportera que de merveilleux souvenirs et des expériences humaines et professionnelles enrichissantes !

Il y a maintenant 500 places par an, ça peut partir vite alors n’hésite plus et tente ta chance, nous t’attendons !

Pour plus d’informations sur les modalités de demande du visa, cliquez ici :

Un avant-goût de cette aventure trépidante juste ici…

publié le 29/12/2015

haut de la page