Cas de grippe H7N9 à Hong Kong

Les autorités hongkongaises sont en vigilance accrue suite à un cas de grippe aviaire H7N9 confirmé le samedi 4 juin 2016 dans le marché de Yan Oi à Tuen Mun.

Les virus aviaires A(H7N9) constituent un sous-groupe de virus grippaux qui circulent normalement chez les oiseaux. Néanmoins, des infections humaines ont maintenant été détectées. La période d’incubation est de 7 à 10 jours.

JPEG

À ce jour, on dispose d’informations limitées sur la maladie que ce virus peut provoquer et sur la source d’exposition. Cette maladie est préoccupante car la plupart des personnes touchées sont gravement malades. Il n’y a pas jusqu’à présent d’indication qu’une transmission interhumaine du virus soit possible, mais les voies de transmission de l’animal à l’homme et d’un être humain à un autre font l’objet d’investigations intensives.

La souche H7N9 a tué plus de 200 personnes depuis son apparition en mars 2013 en Chine. 16 cas de contamination humaine par le H7N9 ont été décelés à Hong Kong depuis 2013 parmi lesquels ont décompte 3 morts. La plupart des cas humains d’infection ont été détectés chez des personnes ayant été exposées à des volailles vivantes ou à des environnements potentiellement contaminés, comme les marchés où sont vendus des animaux vivants.

Les ventes de volailles vivantes ont été suspendues à Hong Kong depuis le dimanche 29 mai 2016 en espérant un retour à la normale d’ici jeudi 9 juin 2016.

Le samedi 4 juin 2016, 4 500 poulets et pigeons ont été abattus pour éviter la propagation du virus grippal H7N9 dont un échantillon prélevé sur le marché de Yan Oi à Tuen Mun le 16 mai 2016 s’est révélé positif pour le H7N9. Le mardi 7 juin 2016, sur un marché de Cheung Shan Wan, d’autres volailles ont été abattues.

En tout, 20 000 volailles ont été abattues préventivement ces deux dernières années en raison d’alertes à la grippe aviaire. Sur les 3 360 prélèvements effectués sur les volailles effectuées depuis le début du mois de juin 2016, déjà 2370 ont été testés et se sont révélés négatifs à la grippe H7N9. Les 29 fermes du territoire de Hong Kong ont été testées pour la grippe aviaire et se sont toutes révélées négatives.

Les autorités de la région administrative spéciale chinoise de Hong Kong sont particulièrement attentives aux épidémies, le souvenir de la crise en 2003 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) demeurant très présent. L’épidémie avait touché 1 800 habitants d’Hongkong, dont 299 étaient morts. Le sous-type H7N9 est particulièrement préoccupant pour les autorités, car ce virus ne tue pas les poulets infectés, qui ne développent pas non plus de symptômes ; ce qui signifie que la propagation du virus est compliquée à déceler.

En savoir plus :
http://www.chp.gov.hk/files/pdf/2016_avian_influenza_report_vol12_wk23.pdf
http://www.chp.gov.hk/en/view_content/24244.html
http://www.who.int/influenza/human_animal_interface/influenza_h7n9/fr/
http://www.scmp.com/topics/h7n9-avian-flu
http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/06/07/a-hongkong-des-milliers-de-volailles-abattues-apres-un-cas-de-grippe-aviaire_4940536_1651302.html#srtFuHO0Li3GywY1.99
http://www.consulfrance-hongkong.org/Quatre-cas-humains-de-grippe

publié le 10/06/2016

haut de la page