Focus Energie & Environnement - Nouvelle régulation des carburants maritimes distribués dans le détroit de la rivière des Perles. (05/05/2014)

Article rédigé le 05/05/2014

PNG

Véritable hub d’import/export mondial, Hong Kong est aujourd’hui le 3ème port le plus actif au monde en nombre de porte-conteneurs. Cette situation a permis un essor important de la région mais présente également de forts inconvénients. En 2011, les transports maritimes représentaient ainsi la 1ère source d’émission de dioxyde de soufre (54% des émissions totales de SO2) et de particules fines (37% des émissions totales de particules fines) à Hong Kong [1]. Ces émissions sont dépendantes des carburants utilisés par les navires, lesquels sont sujet à une régulation internationale fixée par l’Organisation Mondiale Maritime. Cette régulation est peu contraignante, elle impose par exemple une concentration massique en SO2 de 3.5% alors que plusieurs zones comme l’Amérique du Nord et le Nord de l’Europe limitent cette concentration à 1% pour tous les bateaux naviguant dans leurs eaux et vont réduire cette valeur à 0.1% en 2015.

PNG

Crédits : cozyta


Depuis le 1er Janvier 2011 [2], des compagnies de transport ont signé un engagement volontaire sur deux ans, le "Fair Winds Charter", dans lequel elles se sont engagées à utiliser des carburants contenant au maximum 0.5% de SO2 dans le territoire de Hong Kong. Cette mesure a été saluée par le gouvernement hongkongais et permettrait, si tous les navires étaient concernés, de réduire de 14% les émissions de SO2 et de 6% les émissions de particules fines dues aux navires [1]. Les carburants distribués à Hong Kong suivent d’ailleurs déjà une législation imposant une concentration de 0.5% de SO2.

Souhaitant aller plus loin dans le cadre de sa politique de lutte contre la pollution de l’air, le gouvernement hongkongais a travaillé de concert avec Macao et la province du Guangdong sur la mise en place d’une zone de contrôle maritime. Ce projet a abouti le 1er Avril 2014 à la mise en place d’une régulation sur la teneur en SO2 de 0.05% pour les carburants distribués localement [3]. Les navires utilisant ces carburants verront leurs émissions de SO2 et de particules fines diminuer respectivement de 90% et de 30% comparé à l’utilisation de carburants suivant l’ancienne législation.

Cette avancée est cependant à nuancer car la majorité des navires, notamment les porte-conteneurs, qui sont des navires très polluants, ne s’approvisionnent pas localement. L’objectif à long terme est d’imposer l’utilisation de carburants à faible teneur en SO2 pour tous les navires circulant dans la région [4], comme c’est le cas par exemple aux Etats Unis [1]. La mise en place de cette zone constituerait une première en Asie ; des zones de restrictions similaires existent uniquement dans la Mer Baltique, la Mer du Nord, la Mer des Caraïbes et l’Amérique du Nord.

Sources :

- [1] A clean air plan for Hong Kong, March 2013 -http://www.enb.gov.hk/en/files/New_Air_Plan_en.pdf
- [2] Actualités du gouvernement 19/03/2014 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/EV9kQ
- [3] Hong Kong : Air Pollution Control (Marine Light Diesel) Regulation 06/02/2014 -http://redirectix.bulletins-electroniques.com/neIEk
- [4] South China Morning Post 11/02/2014 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/Hnacc

Rédacteur :

Maël LE BAIL, Chargé de mission scientifique - Hong Kong

publié le 07/08/2015

haut de la page