Forum « After COP21 : Global Problems, Local Solutions" à HKUST (9-10/4/2016)

La « Hong Kong University of Science and Technology » (HKUST) a accueilli un forum intitulé « After COP21 : Global Problems, Local Solutions" dédié aux étudiants des universités de Hong Kong et Macao, les 9 et 10 avril 2016, soit 15 jours avant l’ouverture à la signature de l’accord de Paris au siège des Nations Unis à New York.

JPEG

Cet évènement a été organisé conjointement par le « Hong Kong America Center » et HKUST et soutenu par le consulat général de France à Hong Kong et Macao.
Lors de la conférence sur le climat de Paris (COP21) en décembre 2015, 196 parties, soit 195 pays plus l’Union Européenne, sont parvenus à un accord historique pour joindre leurs efforts dans l’atténuation du changement climatique.

Dr. Peter Hefele, directeur de RECAP Hong Kong, le professeur King-Lau Chow, directeur de Bureau des programmes interdisciplinaires de HKUST et M. Morton Holbrook III, directeur du Hong Kong American Center, ont témoigné, lors de leurs discours de bienvenue respectifs, des efforts mis en place à Hong Kong pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ils ont également souligné le rôle que doivent jouer l’ensemble des parties prenantes (société civile, ONG, …) pour contribuer aux mesures d’atténuation pour lutter contre les changements climatiques.

Ce forum visait à fournir des solutions concrètes pour la région de Hong Kong dans les différents domaines d’actions, tels que le transport, la gestion des déchets et l’efficacité énergétique.

Le forum s’est déroulé en deux temps.
Un colloque a eu lieu le samedi 9 avril 2016, animé par les représentants politiques locaux, la communauté économique locale et la société civile. Les experts ont ainsi pu partager de précieuses informations sur la stratégie de développement énergétique à Hong Kong. Le samedi après-midi et toute la journée du dimanche, les étudiants se sont regroupés en équipes de travail afin de se concentrer sur la conception et la recherche de solutions locales innovantes dans le but d’améliorer l’efficacité énergétique dans des secteurs comme le bâtiment et le transport.

JPEG
Plus d’une centaine d’étudiants et professeurs universitaires représentant 8 universités de Hong Kong et Macao ont assisté à la première partie de l’événement.

En ouverture, M. Eric Berti, Consul Général de France à Hong Kong et Macao, a donné un retour global des avancées importantes faites lors de la COP21. Cet accord trouvé à Paris va en effet servir de base aux futures actions nationales et globales sur le changement climatique.
Prof. Michael Palocz-Andresen de l’université Lüneburg en Allemagne, a lui parlé du plan de transition énergétique national allemand, le "Energiewende", intégrant de plus en plus les énergies renouvelables et de ses forces motrices.
Mme Christine Loh, sous-secrétaire à l’Environnement au gouvernement de Hong Kong, a souligné les efforts stratégiques de Hong Kong réalisés dans les domaines de l’efficacité énergétique, du traitement des déchets, du trafic routier et maritime et de la réduction des énergies fossiles dans le mix énergétique. .

Lors de la deuxième session, plusieurs fonctionnaires du gouvernement de Hong Kong ont présenté les actions entreprises par le des différents départements du bureau à l’environnement incluant notamment le « Département of Electrical & Mechanical Services », le « Water Supply Department » ou encore le « Environmental Protection Department ». Ils ont détaillé les mesures qui devraient permettre la réduction à la fois de la consommation énergétique mais aussi des émissions de carbone en citant notamment des exemples tels que la mise en œuvre de systèmes de refroidissement à l’échelle des quartiers, l’installation de panneaux solaires sur les toits des bâtiments du gouvernement, le développement de nouveaux systèmes de production d’énergie hydroélectrique et la production d’énergie par valorisation des boues, les eaux usées et les déchets.

JPEG

Lors de la 3ème session, différents intervenants de l’industrie de l’énergie et de la société civile ont discuté principalement des quatre sujets suivants : l’énergie renouvelable à Hong Kong, l’énergie dans les secteurs des transports, les bâtiments verts et les projets énergétiques innovants mis en place par la société civile locale. Les représentants des deux compagnies fournissant l’électricité à Hong Kong, M. Joseph Law, de « CLP Power Hong Kong Limited » et M. T. C. Yee, de la « Hongkong Electric Company, Limited », ont mis en évidence les contraintes auxquelles Hong Kong doit faire face dans le développement de sources d’énergie non fossiles. En effet, en raison de la petite surface disponible, des capacités solaires et éoliennes modestes et de la très forte densité de population de la ville, il est difficile de se passer du gaz et du charbon largement utilisés actuellement. Ensuite, Mme Janice Lao, manager à la « MTR Corporation Limited » et M. Alok Jain, de la « Kowloon Motor Bus Company (1933) Limited », ont parlé respectivement des programmes d’efficacité énergétique du réseau de métro de Hong Kong et du potentiel de développement des bus électriques à Hong Kong. Le professeur Mohamed Ghidaoui et le professeur Kei mai Lau, tout deux professeurs à HKUST, ont par le suite présenté leurs résultats de recherche visant à accroître l’efficacité des systèmes d’approvisionnement d’eau de la ville mais aussi rôle que peuvent jouer les LED dans la lutte contre le changement climatique.

Pour clôture la première partie du forum, Mme Christina Tang, fondatrice de « Blue Sky Energy », a détaillé le principe de son initiative sociale qui cherche à utiliser les données issues de la consommation énergétique pour sensibiliser les gens à la protection de l’environnement ; M. John Sayer, de « Carbon Care Asia Limited », a elle partagé ses points de vue sur les défis auxquels est confronté Hong Kong pour faire face au changement climatique et a souligné la nécessité d’une transition vers une économie totalement décarbonée.

La deuxième partie du forum a été rythmée par les exposés et les discussions animés par les quatre groupes d’étudiants travaillant sur les thématiques mentionnées ci-dessus.

Ils ont ainsi apporté un regard critique sur la situation actuelle de gestion de l’énergie à Hong Kong. Compte tenu des limites du secteur du transport local, les participants ont proposé des mesures concrètes pour améliorer l’efficacité énergétique du métro (MTR), un des plus grands consommateurs d’énergie à Hong Kong ; ils ont recommandé en outre de rendre l’environnement politique, social et économique plus favorable pour le développement des bus électriques.
A cause du potentiel de développement très limité des énergies renouvelables à Hong Kong, les étudiants ont insisté sur la nécessité de travailler en partenariat avec la Chine continentale pour l’achat d’électricité du Delta de la « Pearl River » par exemple ou encore en investissant dans des sources d’énergie renouvelables à l’étranger. Hong Kong pourrait ainsi devenir une région pilote pour le développement d’énergies renouvelables.

Les quatre équipes ont résumé leurs idées dans un rapport écrit qui sera soumis au Bureau de l’environnement du gouvernement de de Hong Kong en tant que propositions pour des actions politiques.

JPEG

Pour en savoir plus :ici

publié le 29/04/2016

haut de la page