Forum : « Les énergies renouvelables et le marché et de l’électricité à Hong Kong »

Conférence tenue le 11 mai 2015 à Hong Kong.

Le 11 mai dernier, s’est tenu à Hong Kong un forum dédié au marché de l’énergie renouvelable et de l’électricité locale. Cet évènement co-organisé par le Think-Tank Civic Exchange, WWF et le Consulat Générale d’Allemagne à Hong Kong a attiré plus d’une centaine de personnes désireuses d’en connaitre un peu plus sur les perspectives d’évolution du marché de l’énergie à Hong Kong.

Pendant la matinée, dédiée essentiellement aux causes du changement climatique, les différents acteurs ont tenté de montrer l’existence d’une corrélation entre la croissance mondiale (énergie et population) et le réchauffement climatique. Dr. Stephan Singer (Responsable du Project « 100 % d’énergie renouvelable en 2050 » au sein de WWF) a, par exemple, précisé l’importance de la position de la Chine et des Etats-Unis (les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre au monde) pour aboutir à un accord ambitieux et contraignant au sommet COP 21 qui se tiendra à Paris en décembre 2015. Il a aussi saisi cette opportunité pour expliquer que l’une des pistes les plus propices pour favoriser l’émergence des énergies renouvelables est de miser et communiquer d’avantage sur le bénéfice économique apportée par ces « technologique vertes » plutôt que sur l’aspect environnemental.

PNG

Mr Oliver Frank (directeur du département des énergies renouvelables et de la mobilité verte au sein de l’agence National Allemande de l’énergie). Photos MONIER Justin


En fin de matinée, des intervenants comme Mr Oliver Frank, directeur du département des énergies renouvelable et de la mobilité verte au sein de l’agence National Allemande de l’Energie, et Mr. Li Jun-Feng, directeur de Centre National de Chine pour le changement Climatique, ont présenté les politiques énergétiques de leurs pays respectifs. L’Allemagne, qui s’est fixé comme objectif d‘atteindre 40 % d’énergies renouvelables en 2020, grâce notamment au solaire et à l’éolien offshore, et la Chine qui vise plus de 20 % énergie renouvelables son mix énergétique d’ici 2020 sont deux acteurs majeurs de la problématique énergétique au niveau mondial.

La deuxième partie de journée s’est d’avantage focalisée sur les spécificités du territoire hongkongais notamment sur la politique actuelle et future de l’énergie à Hong Kong. Mr. Joseph Law, Directeur de la planification à CLP Power, et Mr. T C Yee ,de « The Hongkong Electric Co., Ltd. »), tous deux représentants des deux entreprises fournisseur d’électricité pour la région de Hong Kong, ont explicité leurs vision du potentiel de l’énergie renouvelable à Hong Kong Pour eux, le territoire hongkongais ne semble pas posséder de réelles ressources exploitables pour les énergies renouvelables :la mise en place ni du solaire ni de l’éolien ne pourrait, même à grande échelle, avoir impact significatif sur le mix énergétique hongkongais. Ces deux intervenants n’ont pas omis de préciser que leurs usines de production fonctionnaient actuellement à 18 % de moins que leurs capacités de production maximales et qu’il devrait donc être possible d’absorber, à moindre coup, la demande croissante des prochaines années.

PNG

Ms. Christine Loh, Sous-secrétaireà l’environnement de Hong Kong. Photos MONIER Justin


En qualité de dernière intervenante, Mme Christine Loh, sous-secrétaire à l’environnement de Hong Kong, a largement détaillé l’agenda du gouvernement hongkongais en terme de gestion d’énergie pour le territoire. Alors qu’il n’existe à l’heure actuelle aucun plan vraiment concret de gestion de l’énergie à Hong Kong, le gouvernement souhaite lancer dans les prochaines semaines une campagne de consultation auprès de la population. Cette enquête sera réalisée afin de pouvoir déterminer les critères les plus importants pour les citoyens dans l’optique de mettre en place un plan de gestion énergétique pour les 10 prochaines années.

Mme Christine Loh a abordé les thèmes suivants : la libéralisation du marché de l’électricité, le raccordement du réseau électrique hongkongais à celui de Chine continentale, la croissance de la demande énergique de Hong Kong, l’amélioration de la qualité de l’air à Hong Kong mais a aussi précisé qu’il serait difficile de faire changer les choses avant les 10, voire 15, prochaines années. En effet, Hong Kong qui possède l’un des services d’électricité les plus performants du monde (en terme de prix et de fiabilité) considère la qualité de ce service comme un atout majeur à sa croissance et ne veut donc pas prendre de risque qui pourrait casser cette dynamique aujourd’hui positive.

Rédacteurs :

Justin MONIER, Chargé de mission scientifique

publié le 05/06/2015

haut de la page