Hong Kong Climate Change Report 2015 [en]

PNG

Le ministère de l’environnement de Hong Kong en collaboration avec les ministères de l’habitat et du transport, du commerce et du développement économique, de l’alimentation et la santé, et de la sécurité, a publié, le 6 novembre dernier, le « Hong Kong Climat Change report 2015 ». Ce rapport dresse un bilan des efforts qui ont été réalisés conjointement par les différents acteurs de Hong Kong (monde politique, société civile, universités et secteur privé) dans le “combat” contre le réchauffement climatique. Ce document indique aussi les positions que le territoire souhaite défendre lors de la 21ème conférence des parties (COP21), qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. Il constitue donc un outil de communication au sujet de la contribution de Hong Kong dans l’action globale contre le réchauffement climatique.

L’annonce officielle de la publication de ce rapport s’est accompagnée d’une brève présentation de son contexte et de son contenu au public lors de la conférence qui s’est tenue dans un lieu emblématique : le « Zero Carbon building » de Hong Kong, le 6 novembre. Mme Christine LOH, sous-secrétaire à l’environnement a successivement donné la parole aux représentants des différents organismes publics impliqués.

Dans un premier temps, après avoir rappelé les enjeux liés au maintien du réchauffement global de la planète sous les 2°C d’ici la fin du siècle, le ministre de l’environnement, Mr Wong Kam-sing, a précisé que les mesures prises pour réduire les émissions de C02 depuis plusieurs décennies sont encourageantes mais pas suffisantes. La région autonome spéciale de Hong Kong, qui s’est activement impliquée dans les négociations en amont de la COP 21, accord attendu comme le successeur du protocole de Kyoto, espère beaucoup de cette COP – à laquelle Mr Wong participera en tant que membre de la délégation chinoise - et attend la signature d’un accord ambitieux à Paris. Mr Wong a rappelé que l’intensité des émissions de CO2 de Hong Kong a baissé de 19 % entre 2005 et 2012. L’objectif du gouvernement local reste d’atteindre en une diminution de 50% des émissions de 2005 à horizon 2020.
Mr Wong a par ailleurs insisté sur le rôle important des villes et des pays développés dans la part des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Hong Kong ne doit pas considérer le changement climatique comme un frein à son développement mais au contraire comme une opportunité économique durable. Du fait de sa très grande densité de population, la transition de la ville de Hong Kong vers une économie décarbonnée pourrait à la fois améliorer l’économie, amener la création de nombreux emplois verts et renforcer les liens sociaux. Le ministre a aussi insisté sur le fait que beaucoup reste à faire et que le gouvernement doit joindre ses efforts à ceux des compagnies privées dans les 3 domaines suivants : l’adaptation, la mitigation et la résilience.

Afin de sensibiliser aux conséquences importantes que le réchauffement climatique global pourrait avoir sur la ville de Hong Kong, la parole a été donnée au directeur de l’observatoire de Hong Kong (HKO), Mr Shun Chi-ming. Celui-ci a présenté, en quelques chiffres et graphiques les impacts du dérèglement climatique sur la fréquence des aléas climatiques sévères (de type typhon et sécheresse) et sur le niveau de la mer.

Ensuite, le sous-secrétaire au développement, Mr Eric Ma, a précisé que son ministère est de plus en plus attentif à ce que les nouveaux projets d’infrastructure, que ce soit de construction ou de rénovation, respectent au mieux les principes du développement durable, entendant un juste équilibre entre développement économique, social et environnemental. Celui-ci a aussi insisté sur la nécessité d’une plus grande cohésion entre les différents ministères.

Le directeur du Hong Kong Green Building Council, Mr Conrad Wong, et le directeur du Climate Change Business Forum Advisory Group of the Business Environnent Council, Mr Eric Chong, ont eux aussi tous les deux insisté sur les opportunités économiques liées au réchauffement climatique pour Hong Kong.

Le ministre de l’habitat et des transports, Mr Yau Shing-mu, a ensuite rappelé une partie des mesures mises en place par son ministère pour diminuer l’empreinte carbone de la ville, notamment grâce à l’amélioration du système de transports en commun - visant à diminuer considérablement l’utilisation de véhicules privés - et de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ces deux points sont essentiels puisque, d’une part, 12,5 millions de voyageurs empruntent les transports en commun quotidiennement et que, d’autre part, les bâtiments consomment environ 90 % de l’électricité de la ville. A Hong Kong, où environ la moitié de la population du territoire habite dans des appartements sociaux à très faible isolation thermique, la marge de progression en termes d’efficacité énergétique des bâtiments est énorme. Pour les transports en commun, les 6 six premiers bus électriques doubles étages ont été mis en circulation en 2015, cela atteste de la conviction du gouvernement de parfaire encore le transport routier de la ville. Ces mesures devraient permettre une amélioration à la fois de la qualité de l’air, de l’impact carbone et la congestion routière de la ville.

PNGPrésentation du rapport “Hong Kong Climate Change report 2015” le 6 novembre 2015 au Zero Carbon building de Hong Kong. Crédits : MONIER Justin

Enfin, l’évènement s’est clôturé par le discours de Karen, une étudiante d’une des universités de Hong Kong, qui a proposé la vision de la « nouvelle génération » sur le changement climatique et les préoccupations que cela soulève pour l’avenir.

Pour conclure, Mme Christine Loh a invité l’ensemble des ministères représentés et impliqués à se réunir à nouveau à l’issue de la COP21 afin de prendre en compte les avancées décisives dans la lutte globale contre le changement climatique dans la politique locale. Elle a enfin précisé que l’implication de l’ensemble des parties prenantes et notamment de la population locale est une condition sine qua non à une transition fructueuse vers une économie décarbonée.

Le report « Hong Kong Climate Change Report 2015 » est disponible en anglais via le lien ci-dessous. Ce document complète les deux autres rapports sur l’Energy Saving Plan for Hong Kong’s Environnement 2015-2025+ » et celui sur « Food Water and Yard Waste, a plan for Hong Kong 2014 – 2022 ».

Lien pour le téléchargement

Rédacteurs :
Justin MONIER , Chargé de mission scientifique à Hong Kong
Isabelle SAVES, Attachée de coopération scientifique et universitaire à Hong Kong

publié le 30/11/2015

haut de la page