Journée de recueillement pour les victimes des attentats de Paris

Il y a des jours dont nous savons qu’ils resteront gravés dans nos mémoires. La journée de lundi dernier en fait partie, avec une série de moments de recueillement particulièrement émouvants.

JPEG

La journée a commencé avec des minutes de silence dans tous les établissements du Lycée français. Celles du collège de Jardine et du lycée de Blue Pool, auxquelles j’ai pu assister, ont été admirables, avec des enfants recueillis, qui ont magnifiquement entonné la Marseillaise. J’étais vraiment fier de notre Lycée et de nos jeunes. Au consulat, les personnalités souhaitant mettre un mot dans le livre de condoléance se sont pressées toute la journée, puis les deux jours suivants, jouant des coudes avec la presse.

A midi, les 30 000 employés de toutes les entreprises françaises de Hong Kong se sont arrêtés pour une minute de silence. Nous les avons accompagnés au consulat… Rappelons que plusieurs entreprises présentes à Hong Kong ont perdu des collaborateurs à Paris : un couple travaillant à la BNP, qui laisse un enfant de trois ans orphelin, ainsi qu’un collaborateur du Crédit Agricole laissant lui aussi un orphelin, pour ne parler que de ceux que nous connaissons.

JPEG

Un autre moment fort de cette journée fut le rassemblement de Tamar auxquels ont participé plus de 2 500 personnes dans une belle atmosphère de recueillement. La présence du Chief Executive, M. CY Leung, a marqué le caractère exceptionnel de ce moment. Céleste, une élève de quatrième du lycée français a lu un très beau texte qu’elle avait écrit au lendemain des attaques et qui reflétait admirablement ce que les adolescents ont pu penser et vivre après l’attaque du Bataclan. Encore un sujet de fierté pour le Lycée français. Je garderai dans le cœur ce moment d’unité et de communion entre Français et amis de toutes nationalités, avec cette minute de silence en communion avec tous nos compatriotes français et européens.

JPEG

La soirée s’est terminée à la cathédrale où une veillée de réflexion et de prière était organisée sous l’égide du Cardinal de Hong Kong et de l’aumônier de la communauté catholique francophone. Là aussi, un drapeau français fut bientôt recouvert de bougies, déposées souvent par des fidèles hongkongais anonymes, solidaires de la France.

Je suis fier de notre communauté française de Hong Kong et Macao, qui a réagi magnifiquement, sous les yeux bienveillants et solidaires de la population. J’ai quitté Tamar en compagnie d’un jeune pâtissier français de Stanley arrivé récemment à Hong Kong et qui portait sur ses épaules un drapeau français hérité d’un arrière-grand-père ayant fait la guerre 14/18, qu’il emmenait apparemment partout avec lui. Qui a dit que notre jeunesse avait perdu ses valeurs ?

Eric Berti

publié le 29/12/2015

haut de la page