La pièce manquante : une nouvelle écrite à 48 mains…par les élèves du LFI

Au cours de l’enseignement d’exploration ’’Littérature et Société’’, « Si Hanoï m’était conté… », 24 des élèves de seconde du Lycée Français International sont partis à la rencontre de Hanoï à travers la recherche documentaire avec l’objectif de préparer le voyage du groupe qui se déroulera du 5 au 10 juin prochain dans la capitale vietnamienne.

PNG

Cet enseignement a eu pour but de croiser littérature et histoire géographie, d’éveiller la curiosité autour d’un projet culturel qui s’est intéressé à différents aspects d’une civilisation étrangère asiatique, de sa culture, de ses traditions, de sa géographie, et de son histoire. Pour rendre les élèves acteurs de ce projet, ils ont été proposés une démarche de travail réfléchie, guidée mais aussi autonome et dont la finalité a porté sur des productions (vidéos, blog, nouvelle, exposés, livret d’accompagnement pour le séjour...) et un voyage totalement conçus par eux-mêmes. Ils se sont également rendus à la galerie d’art contemporain 10 Chancery Lane Gallery, où ils ont pu admirer le travail de Bui Cong Khanh, un artiste vietnamien qui « explore les problèmes actuels et historiques du pays à travers la peinture et la sculpture ». Une autre sortie dans le quartier de Hung Hom leur a permis de s’initier aux saveurs de la cuisine vietnamienne dans le restaurant Hui’s Vietnamese Restaurant. Des œuvres de divers auteurs vietnamiens tels que Duong Thu Huong ou Anna Moï ou d’auteurs occidentaux parlant du Vietnam leur ont aussi été proposées au CDI, et ils sont allés en lire des extraits tour à tour pendant les séances de cet enseignement.

Parallèlement à cette découverte des lieux et de la culture du pays par anticipation, les élèves ont rédigé La pièce manquante . Il s’est agi pour eux de raconter, dans cette nouvelle d’une cinquantaine de pages, leur Hanoï perçue et de comparer cette vision littéraire et créative à la Hanoï qui sera vécue lors du séjour sur place. Le processus d’écriture a été collectif et s’est inscrit dans la durée puisqu’il s’est déroulé sur plus de six mois. Les personnages et leurs noms, la trame du récit, les lieux, ont été déterminés collégialement, ce qui a permis de grands débats sur le fonctionnement de la fiction en littérature et notamment sur les notions de cohérence narrative, de réception du lecteur ou de vraisemblance.

JPEG
Le travail de recherche et de rédaction

JPEG
Le comité lecture et d’écriture

Le schéma narratif est intrinsèquement lié à la recherche documentaire des élèves que nous avons validée et ils sont partis des lieux qui feront l’objet des visites sur place pour faire évoluer le personnage narrateur dans sa quête de souvenirs. Le thème de la mémoire involontaire a été exploré à travers le célèbre extrait de « La petite madeleine » (Marcel Proust, Du côté de chez Swann) qu’ils ont pu découvrir et analyser littérairement. Ainsi, dans la nouvelle, les souvenirs surgissent chez le narrateur grâce à des expériences sensorielles sans avoir été convoqués et ce dernier redessine progressivement les contours de sa biographie personnelle, un peu à la manière de Proust dans A la recherche du temps perdu.

Le Comité de lecture et de rédaction constitué de six écrivains en herbe talentueux a joué un rôle très important dans la création de ce récit. Ils ont commencé par corriger et améliorer les textes proposés par leurs camarades puis les ont organisés en un ensemble cohérent rédigeant les transitions, les étapes intermédiaires et de nombreux autres passages.

Les élèves seront reçus le 23 mai à partir de 18h à la Librairie Parenthèses et auront le privilège de s’asseoir dans le fauteuil qui a vu défiler tant de Nobels, de Goncourts et autres formidables auteurs.

Découvrez le message de Tahar Ben Jelloun grand écrivain français d’origine marocain, Prix Goncourt 1987, pour son encouragement et son soutien. C’est un bel hommage dont les élèves peuvent être très fiers !

« Écrire ensemble c’est imaginer à l’intérieur d’un rêve commun pour dire le monde dans sa complexité, sa beauté et sa douleur. C’est comme se tenir la main et former ainsi une haie contre la haine, contre le racisme, contre la guerre. Projet magnifique qui donne à l’éducation splendeur et sens. » Tahar Ben Jelloun

Dès le jeudi 5 mai, vous trouverez La pièce manquante en vente au prix de 65 HKD dans les points de vente suivants :

Boutiques LFI de BPR et JL
CDI de BPR
Librairie Parenthèses (Central)
Salon Emmanuel F (Sheung Wan)
Médiathèque de l’Alliance Française (Jordan)
Et auprès des élèves de seconde du groupe littérature et société

A se procurer au plus vite d’autant que les bénéfices financeront leur voyage à Hanoi.

A propos de La pièce manquante

« Blanc. Tout est blanc. Je ne sens rien. Je ne distingue rien, hormis une intensité lumineuse au-dessus de moi, forte, froide. Blanche. Puis, peu à peu, je parviens à percevoir un son court, strident, répétitif, juste à côté de moi. Bip bip... Bip bip... Bip bip... »

Duy An se réveille dans une chambre d’hôpital qu’il n’a jamais vue. Il ne se souvient de rien, sa mémoire est un mur blanc sur lequel il faudra raccrocher les portraits, les lieux et les événements de sa vie passée. Pour cela il devra retourner à Hanoï et tenter de réécrire son histoire personnelle.

Le projet en image

Un tour de magie spectaculaire réalisé par les élèves.

publié le 09/05/2016

haut de la page