Le biologiste Eric Karsenti médaille d’or 2015 du CNRS.

PNG

Crédits : J. GIRARDOT


Né le 10 septembre 1948 à Paris, Eric Karsenti commence sa carrière de chercheur au laboratoire d’immunocytochimie de l’Institut Pasteur où il soutient sa thèse d’Etat en 1979. Recruté en 1976 par le Centre Nationale de Recherche Scientifique (CNRS), il sera ensuite détaché en post-doctorat à l’université de Californie à San Francisco de 1981 à 1984. A son retour des Etats-Unis, il dirige une équipe au département de biologie cellulaire de l’EMBL (The European Molecular Biology Laboratory) à Heidelberg en Allemagne, qui est très rapidement identifiée comme l’une des équipes les plus influentes dans le domaine du cycle. Entre 2001 et 2003, Eric Karsenti dirige l’Institut Jacques Monod à Paris, en parallèle, il occupe la fonction de conseiller auprès d’Elisabeth Giacobino, directrice de la recherche au ministère de la Recherche à Paris. C’est au cours de cette parenthèse parisienne qu’il imagine l’expédition scientifique autour du monde dont il rêve depuis sa jeunesse. Le projet s’est concrétisé en 2009 avec Tara Oceans. Aujourd’hui directeur de recherche émérite au CNRS, Eric Karsenti est actuellement affecté à l’Institut de biologie de l’Ecole normale supérieure (CNRS/ENS/Inserm), tout en conservant ses fonctions de directeur de Tara Oceans et de visiteur à l’EMBL.

Figure de référence dans le domaine de la biologie cellulaire, Eric Karsenti a effectué, avec son équipe à l’EMBL, des découvertes majeures sur la régulation du cycle cellulaire. Il s’est en particulier intéressé à l’horloge qui rythme les divisions de l’embryon et régule la dynamique du cytosquelette lors de la mitose, l’étape de division de la cellule. L’une de leurs découvertes les plus novatrices porte sur le rôle essentiel des chromosomes dans l’assemblage du fuseau de division lors de ce processus. C’est la première fois qu’on comprend comment des fonctions complexes émergent du comportement collectif des composants cellulaires.

Par ailleurs, en étroite collaboration avec des physiciens, Eric Karsenti a construit une plate-forme pour modéliser l’organisation cellulaire à un niveau très fin. Il a été un pionnier des approches interdisciplinaires en biologie cellulaire, en alliant mesures de forces et modélisation mathématique à la biologie de synthèse et à l’imagerie de pointe. Ses travaux ont donné lieu à plus de 200 articles scientifiques.

Féru de voile et aventurier dans l’âme, Eric Karsenti s’est lancé dans une nouvelle aventure : Tara Oceans. Afin de réussir ce pari, il s’est entouré d’une équipe internationale interdisciplinaire de haut niveau : il dirige ainsi près de 140 experts en génomique, imagerie quantitative, biologie, bio-géochimie, biogéographie, océanographie, biophysique, génétique, écologie ou bio-informatique… issus de 23 laboratoires internationaux. De 2009 à 2013, l’expédition Tara Oceans a collecté 35  000 échantillons de plancton, récupérés sur plus de 210 sites représentatifs des différentes mers du globe, au cours d’un périple de 140 000 km. Séchés et conservés au froid, ils constituent la plus grande base de données jamais rassemblée de manière quasi simultanée. Les premiers résultats scientifiques, dévoilés dans la revue Science en mai 2015, ne sont qu’un début, soulignant la fécondité de cette mission. Responsable de l’« imagerie quantitative » pour Tara Oceans au sein du consortium Océanomics, Eric Karsenti tente aujourd’hui d’associer l’imagerie à haut débit des organismes aux données génomiques, avec ses collègues des laboratoires de Roscoff (de l’université de Pierre et Marie Curie/CNRS) et de l’EMBL.

Eric Karsenti avait déjà reçu la médaille d’argent du CNRS, il est membre de l’Académie des Sciences depuis 1999 et Chevalier de la Légion d’honneur.

Cette haute récompense du CNRS lui sera remise le 14 décembre prochain lors d’une cérémonie à la Sorbonne.

Pour en savoir plus, merci de consulter le site du CRNS via le lien suivant ou l’article sur la mission Tara récemment mis en ligne sur le site du consulat.

publié le 02/10/2015

haut de la page