Le classement 2015 des écoles d’ingénieurs [en]

Dans un contexte en perpétuelle évolution, 80 écoles ont été mises au banc d’essai pour vous aider à choisir l’établissement le mieux adapté à vos projets.
Afin d’aider les jeunes et leurs parents, mais aussi les entreprises, futurs employeurs, à s’y retrouver, voici le classement 2015 des écoles d’ingénieurs du Figaro Étudiant. Pour ce palmarès, Le Figaro Étudiant a récolté des données très détaillées sur près de 80 écoles d’ingénieurs à travers la France.

JPEG

Cinq critères

Nous avons porté notre attention sur cinq critères importants dans la décision d’orientation. Tout d’abord, la qualité académique. C’est sur ce critère que se distinguent les grandes écoles d’ingénieurs, piliers de l’élitisme à la française : Polytechnique, les Mines Paris, l’École des Ponts ou encore Centrale Paris. Elles affichent cinq étoiles dans notre banc d’essai.

Parce que la recherche constitue le fer de lance des écoles d’ingénieurs françaises, nous les avons évaluées à l’aune de leurs laboratoires, du nombre et de la qualité de leurs chercheurs, et des contrats qu’elles nouent avec des grands groupes ou des PME. Au premier rang, figurent des écoles franciliennes, comme Polytechnique et les Mines, mais aussi l’INSA de Lyon. Avec ses 21 laboratoires, elle a engagé une politique scientifique d’excellence en lien avec d’autres établissements de la région lyonnaise.

À la suite des écoles de management, de plus en plus de grandes écoles d’ingénieurs ont fait des séjours académiques ou des stages à l’étranger, une des composantes essentielles de leur cursus. Vivement sollicité par les étudiants, mais aussi par les entreprises qui les recrutent, ce point est capital. L’École des Ponts, Centrale Paris ou les Mines Paris, mais aussi l’EFREI et Télécom Bretagne s’avèrent les plus internationales. Les Arts et Métiers, l’ENSTA, les Mines de Douai ou encore Centrale Nantes viennent ensuite.

Même si l’insertion professionnelle des ingénieurs affiche de très bons scores, certaines écoles s’en sortent mieux que les autres, plaçant leurs étudiants avant même l’obtention du diplôme et avec des salaires d’embauche très enviables. Outre celles plus attendues, habituées au podium, certaines moins prestigieuses, comme l’ECE ou l’ENSTA Bretagne, affichent une bonne capacité d’insertion.

Dernier critère et non des moindres, la vie sur le campus. Le logement ou encore la vie associative entrent désormais en ligne de compte pour faire sortir du lot les écoles les plus attractives.

Ce palmarès vise à aider jeunes et parents à mieux s’orienter. Réforme de Polytechnique, fusion de Centrale et de Supélec, alliances entre Centrale et l’ESSEC ou Centrale Nantes et Audencia… Le monde des écoles d’ingénieurs est en pleine mutation. Fini le profil unique de l’ingénieur dans sa bulle, cantonné à l’électronique, l’informatique ou l’aéronautique. Aujourd’hui, les parcours de ces écoles intègrent à l’envi des ouvertures sur d’autres disciplines - management, architecture, beaux-arts… - et sur des horizons internationaux : séjour ou stage à l’étranger dans une université ou un prestigieux laboratoire de recherche…

Publié sur le Figaro Étudiant par Aude Sérès le 15/07/2015

publié le 29/07/2015

haut de la page