Le classement QS World University 2016 [en]

Dans quelles disciplines les écoles et universités françaises brillent-elles ?

JPEG
Difficile de briller dans le classement QS World University Rankings qui est accaparé par les britanniques et les américaines parmi les 42 podiums (pour 42 disciplines) évalués, les écoles et universités françaises sont tout de même citées une trentaine de fois dans l’édition 2016 de ce classement. Elles sont présentes dans près de vingt disciplines lorsqu’on ne prend en compte que les cinquante premiers de chaque discipline. Les universités Paris-I Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne (ex-Paris-IV) sont les formations qui apparaissent le plus souvent dans ces top 50 (cinq fois chacune). A noter également : la performance de l’Institut européen d’administration des affaires (Insead) qui décroche une nouvelle fois la médaille de bronze mondiale en business et management.

Sciences humaines et sociales : Science Po, Paris-I et Paris-Sorbonne

En philosophie, trois écoles et universités françaises apparaissent dans le top 50 : l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne (23e place) dame le pion à l’Ecole normale supérieure (24e) et à Paris-Sorbonne (47e).

En sociologie, Paris-Sorbonne est aussi représentée (à la 47e place aussi), devant Sciences Po (50e). La grande école parisienne est également au pied du podium (4e) consacré aux sciences politiques, derrière la London School of Economics and Political Science (LSE) et les universités d’Oxford et de Harvard. Science Po pointe en outre à la 40e place en « politique sociale et administration ».

En histoire comme en géographie, Paris-I Panthéon-Sorbonne accède au top 50 en trustant respectivement la 18e et la 35e place de ces classements. De même Paris-I est à la 20e place en droit (law).

En littérature et en « langue moderne », Paris-Sorbonne pointe respectivement à la 44e et à la 11e place mondiale. On notera enfin la 12e place du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP) en « arts du spectacle ».

Sciences dures et ingénierie : la performance honorable des grandes écoles

Les mathématiques réussissent bien aux établissements français puisque trois sont représentés dans ce top 50 : Polytechnique (18e place), l’Ecole normale supérieure (ENS) Ulm (27e) et l’Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) à la 47e place.

En archéologie, trois établissements français sont aussi reconnus à l’international. On compte parmi eux Paris-I Panthéon-Sorbonne (12e place), Paris-Sorbonne (39e) ainsi que l’université de Bordeaux (43e).

En physique et astronomie, deux écoles françaises sont représentées : Polytechnique (26e place) et l’Ecole normale supérieure (ENS) à la 43e place. Alors qu’en « planète et sciences marines » l’université Joseph-Fourier Grenoble-I atteint la 46e place du classement.

Enfin, concernant les écoles d’ingénieur, les Mines-ParisTech arrivent à la 23e place de la catégorie ingénierie minière, alors que l’université Claude-Bernard Lyon-I pointe à la 40e place en « mécanique et industrie aéronautique ». Agro-ParisTech arrive enfin à la 5e place en agriculture et sylviculture.

Business, comptabilité, finance : l’Insead et HEC au top

L’Institut européen d’administration des affaires (Insead) est donc une fois encore l’établissement français le mieux classé de cette édition 2016 du classement QS, toutes disciplines confondues. Il décroche la troisième place dans la catégorie « business et management » juste derrière la London Business School et l’université de Harvard. On retrouve aussi dans cette discipline l’Institut européen d’administration des affaires (HEC), tout de même à la 14e place.

Les deux formations brillent aussi en « comptabilité et finance » : l’Insead est à la 22e place et HEC à la 37e place.

Publié sur Le Monde le 22 mars 2016 par Séverin Graveleau

publié le 24/03/2016

haut de la page