Le gouvernement de Hong Kong élève le niveau d’alerte à l’infection par le Coronavirus responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient

Le coronavirus responsable du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Middle East Respiratory Syndrome coronavirus, MERS-CoV), anciennement connu sous le nom de nouveau coronavirus (NCoV), est un coronavirus très récemment identifié chez l’homme et très différent de tous les coronavirus déjà identifiés (y compris le coronavirus responsable du SRAS). Ce virus est responsable de maladies diverses allant du rhume banal au syndrome respiratoire aigu sévère. Environ 70 % des personnes infectées souffrent de syndromes respiratoires relativement sévères mais parmi les symptômes habituels du MERS figurent la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. La présence d’une pneumonie est fréquente, mais pas systématique. Des symptômes gastro-intestinaux, dont la diarrhée, ont également été signalés. Notons que presque 20 % des personnes infectées ne présentent aucun symptôme.

Bien que la majorité des cas de MERS chez l’homme soient attribuables à une transmission interhumaine, le virus ne semble pas se propager aisément d’une personne à l’autre, à moins d’un contact étroit avec une personne infectée, dans un contexte familiale ou hospitalier notamment.

À l’échelle mondiale, 1154 cas d’infection par le MERS-CoV, confirmés en laboratoire, ont été notifiés à l’OMS, dont au moins 434 mortels (environ 38 %) au 1er juin 2015.
Jusqu’à présent, plus de 97% des cas confirmés ont été signalés par les pays du Moyen-Orient et pays voisins. Seuls les pays de la Péninsule Arabique ont rapporté des cas autochtones. Tous les autres cas sont des cas importés du Moyen Orient : ils ont acquis l’infection soit lors d’un voyage au Moyen-Orient, soit par contact étroit avec un autre patient qui a acquis l’infection au Moyen-Orient (cas secondaires). Par conséquent, le foyer de transmission reste à ce jour localisé dans la péninsule Arabique.

Le 29 mai 2015, la Commission nationale chinoise de la santé et de la planification a notifié à l’OMS le premier cas confirmé d’infection par le coronavirus MERS-CoV sur son territoire. Ce malade de 44 ans est originaire de la République de Corée ; 2 autres cas avaient été signalés dans sa famille le même jour en Corée. Malgré ses symptômes apparus le 21 mai, il est parti en Chine, passant par Hong Kong le 26 mai avant de se rendre à Huizhou en passant par le point d’entrée à Shenzhen, dans la province du Guangdong. Les autorités sanitaires locales l’ont découvert le 27 mai et l’ont transféré immédiatement dans un hôpital désigné pour qu’il soit soigné en isolement. Il a donné des tests positifs pour le MERS-CoV le 29 mai.

Les autorités chinoises ont immédiatement pris les mesures de surveillance et de lutte suivantes :
• traiter activement le patient et renforcer les mesures de lutte contre l’infection dans l’hôpital ;
• analyser les échantillons du patient, séquencer le virus et veiller à la sécurité biologique du laboratoire ;
• renforcer la surveillance d’urgence et, en particulier, dépister les fièvres dans les services de soins ambulatoires ;
• renforcer le suivi, la prise en charge et les contrôles de santé pour les proches contacts ;
• communiquer sur le risque pour informer le grand public.

Depuis la découverte en septembre 2012 du nouveau coronavirus en Arabie Saoudite, identifié chez deux patients qui avaient présenté une pneumopathie sévère, une surveillance internationale a été mise en place sous la coordination de l’Organisation mondiale de la santé. A Hong Kong, le gouvernement a élaboré un plan de réponse en cas d’épidémie par ce nouveau virus. En fonction de l’évolution de l’épidémie et la situation à Hong Kong, différents niveaux d’alerte sont prévus afin d’endiguer tout risque de propagation de la maladie.

Ainsi, suite à ce passage sur son territoire de ce premier cas identifié en Chine, le gouvernement de Hong Kong a levé le niveau d’alerte contre ce virus et pris les mesures adaptées à la situation afin de confiner l’épidémie. Des mesures rigoureuses de mise en quarantaine des 29 personnes - restant à ce jour asymptomatiques - ayant eu un contact direct avec le malade et de surveillance de 32 personnes ayant été en contact avec le malade – incluant 5 passagers du vol entre la Corée et Hong Kong - ont été mises en place.
Les études épidémiologiques ainsi que le tracé des personnes qui ont été en contact avec le malade de passage à Hong Kong sont encore en cours. Le gouvernement de Hong Kong appelle les voyageurs du vol OZ 723 de la companie Asiana Airlines arrivé à Hong Kong vers 13h le 26 mai ainsi que les personnes ayant voyagé par bus de la compagnie Eternal East Cross-Border Coach Mgt Ltd le même jour à contacter la hotline téléphonique mise en place au 2125 1111.

Par ailleurs, compte tenu de la situation épidémiologique en Corée, le département de la Santé de Hong Kong appelle à la plus grande précaution lors des voyages en Corée et demande d’éviter au maximum de se rendre dans les structures de santé locales.
Tous les contrôles aux différents points d’entrée à Hong Kong ont été renforcés.

Centre for Health Protection : http://www.chp.gov.hk/en/view_content/26511.html
Middle East Respiratory Syndrome Hotline : 2125 1111

publié le 08/06/2015

haut de la page