Le professeur Cassou-Noguès à Hong Kong (17-22/5/2016)

Prof. Pierre Cassou-Noguès, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm), Agrégé de Mathématiques, docteur en philosophie, écrivain, co-éditeur de la revue SubStance sur la théorie et la critique littéraire et professeur de philosophie à l’Université Paris 8, était à Hong Kong du 16 au 22 mai 2016.

Le travail du Prof. Cassou-Noguès porte sur la relation entre l’imaginaire et la raison. Dans le cadre de ses recherches, il a étudié les archives de plusieurs savants (Kurt Gödel, Emil Post, Norbert Wiener) et s’est penché sur certaines expériences de neurosciences pour montrer le lien entre les deux aspects. Il a également examiné dans des œuvres littéraires et artistiques la façon dont se noue une relation extrascientifique entre Imaginaire et Raison.

Lors de sa venue à Hong Kong dans le cadre du 22ème Symposium sur les Arts Electroniques « International Symposium on Electronic Arts » (ISEA International -formerly Inter-Society for the Electronic Arts), avec le soutien du Consulat Général de France à Hong Kong et Macao et de l’Institut Français, Prof.Pierre Cassou-Noguès, en tant que conférencier principal, a partagé son interprétation et sa réadaptation actuelle et neuroscientifique de la nouvelle de Franz Kafka « La Colonie pénitentiaire » (1919). Sa présentation, intitulée « In the Penal (Neuro-) Colony » a dépeint la machine des neurosciences humaines qui semble inscrire au plus profond de nos cellules nerveuses des codes mystérieux, qui inconsciemment, décident de nos vies.

Outre son intervention dans le cadre d’ISEA, Prof. Pierre Cassou-Noguès a également participé à deux autres évènements grand public.

Il a tout d’abord animé le « Science Rendez-Vous » du mardi 17 mai 2016 sur la science-fiction en philosophie, organisé par le service scientifique du Consulat général de France à Hong Kong et Macao,. Il a ainsi échangé sur les questions d’intangibilité et d’invisibilité, des interrogations récurrentes chez les philosophes qui tiennent cependant de la science-fiction.
JPEG

Plus d’informations sur les « Science Rendez-Vous » ICI

Le jeudi 19 mai, il a présenté ses deux derniers livres « Métaphysique d’un bord de mer » (Cerf, 2016) et « La mélodie du tic-tac et autres bonnes raisons de perdre son temps » (Flammarion, 2013), à la librairie « Parenthèses ». Sans aller jusqu’à louer la paresse, Pierre Cassou-Noguès s’est interrogé dans « la Mélodie du tic-tac » sur l’importance de ne rien faire et sur les bonnes raisons de perdre son temps et fait redécouvrir plusieurs façons de perdre son temps : la mélancolie, le divertissement, la panne, la procrastination, la flânerie, l’ennui, la rêverie, la cigarette… Mais en constatant également que toutes ces expériences ne sont pas celles de ce temps « volé », « dérobé », « tué » que définit plus précisément le verbe « traîner ».

JPEG

Les échanges avec l’audience se sont conclus par une séance de dédicace.

publié le 26/05/2016

haut de la page