Le sociologue Dominique Cardon à la librairie Parenthèses pour présenter son nouveau libre « A quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data »

JPEG

Dominique Cardon à la librairie Parenthèses le 19 février 2016.

Vendredi 19 Février 2016, le sociologue français Dominique Cardon a présenté à la librairie Parenthèses son dernier livre : « A quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data ». Dominique Cardon est un chercheur français du département SENSE d’Orange labs et professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée. Il est également membre associé au Centre d’études des mouvements sociaux de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Il a enseigné de 2003 à 2013 dans le Master de Communication Politique et Sociale de l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

Durant sa présentation l’auteur s’est essentiellement penché sur la place des algorithmes dans la gestion des bases de données générées par la numérisation de l’économie. En effet, un nombre croissant de grandes entreprises comme Google, Facebook et Amazon cherchent à tirer une plus grande valeur ajoutée de l’ensemble des données que nous générons. Pour illustrer ses propos, il s’est attardé sur la place des algorithmes dans la publicité moderne avec l’émergence de nouvelles pratiques permettant un classement de l’information, la mise en place de la personnalisation publicitaire ou de la recommandation de produits. En conservant nos historiques de navigation et en les mettant aux enchères grâce à des processus similaires à ceux utilisés dans le « trading haute fréquence », les entreprises publicitaires cherchent à tirer profit de l’ensemble des données que nous générons en « surfant » sur internet. Ces calculateurs complexes sont en train de s’immiscer de plus en plus dans nos vies et d’encourager, d’une certaine façon, la course à la méritocratie, la compétition des individus pour la visibilité et le guidage implicite de nos choix. Le sociologue a décrit le mode de fonctionnement de l’algorithme le plus connu du monde : celui du moteur de recherche Google. La hiérarchisation des réponses données lors qu’une recherche est uniquement due à « l’indice de popularité » qui ne fait intervenir ni son contenu, ni sa fréquence réelle de consultation, mais seulement ses liens avec les autres pages Web. Cette pratique a pour contrepartie d’éclipser l’ensemble des réponses « non-populaires » mais qui auraient pu être tout autant pertinentes.

Comprendre la logique des nouveaux algorithmes du web, c’est aussi donner aux citoyens les moyens de reprendre du pouvoir dans la société et de mieux comprendre le devenir de ses données personnelles.

PNG

Librairie Parenthèses le 19 février 2016. Hong Kong

publié le 04/03/2016

haut de la page