Les haut-parleurs montent le son à Hong Kong

À l’occasion de la COP21, TV5MONDE et FABLABCHANNEL lancent LES HAUT-PARLEURS.
La première chaîne web et mobile de jeunes francophones au ton libre et spontané partout dans le monde.
Rejoignez vous aussi le réseau des reporters des haut-parleurs en répondant à l’appel à candidatures lancé par FabLabChannel.

Les haut-parleurs

Lancés le 24 novembre 2015 sur Youtube et TV5MONDE, les Haut-Parleurs, c’est avant tout la force d’un réseau de jeunes francophones partout dans le monde. Ils ont les deux pieds ancrés dans la réalité de leur terrain afin d’engager, avec un ton authentique, libre et personnel, une relation avec l’audience sur des enjeux de société à portée universelle. Ils sont français, canadiens, sénégalais, belges, maliens, libanais, franco-danois … Ils parlent, en français, de sujets et de personnages qui les touchent. Ils s’adressent à chacun de nous, à des individus plus qu’à des masses : ils sont les Haut-Parleurs de leur génération. Ils réalisent leurs vidéos d’environ 3 minutes avec leur caméra, appareil photo, smartphone ou tablette, en laissant libre cours à leur créativité et leurs talents. C’est ensemble qu’ils cassent les codes.

Une programmation autour de grands enjeux de société

Chaque trimestre, les Haut-Parleurs sont sollicités par la rédaction sur un nouvel enjeu de société. À l’occasion de la COP21, la première édition porte sur l’environnement et le changement climatique. Après « Au secours la planète », ils s’exprimeront sur le thème de la drogue.

Une audience et une diffusion mondiale

La francophonie, c’est 275 millions de personnes et 700 millions à l’horizon 2050, sans compter tous les francophiles dans le monde entier. Pour les toucher, une chaîne sur youtube, un magazine tv sur les antennes de TV5MONDE, une diffusion sur le site de la première chaîne francophone mondiale et un relai auprès de ses millions d’abonnés sur les réseaux sociaux.

Les haut-parleurs à Hong Kong

A Hong Kong, 90% de l’alimentation de base (légumes, laitages) est importée, selon les renseignements de Justine. La jeune reporter s’est demandée pourquoi quasiment rien ne poussait localement et si les habitants seraient prêts à devenir locavores.

publié le 23/12/2015

haut de la page