Oser les classes préparatoires ! [en]

A tort, nombre de lycéens n’osent pas la prépa parce qu’ils pensent ne pas avoir le niveau suffisant. Or, si les prépas les plus cotées retiennent les meilleurs élèves, d’autres se montrent moins sélectives. Selon les professeurs, avec un niveau scolaire situé dans la première moitié de sa classe, un lycéen peut tenter sa chance.

JPEG

En France, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont des filières d’enseignement supérieur sélectives. Communément appelées classes prépas ou prépas et pour la plupart publiques, elles sélectionnent sur dossier après le baccalauréat et préparent en un, deux ou trois ans, les étudiants aux concours d’admission à certaines grandes écoles (écoles de commerce, écoles d’ingénieur et écoles vétérinaires, notamment). Chaque année ce sont quelques 80 000 étudiants qui y sont inscrits à travers la France.

Sur 2 ans, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) visent la réussite aux concours d’entrée des écoles de commerce et d’ingénieurs, mais aussi vétérinaires ou militaires, écoles normales supérieures (ENS), École des chartes...
Réparties en 3 filières (littéraire, économique, scientifique), elles proposent un programme d’études pluridisciplinaire et fournissent aux élèves des méthodes de travail utiles, quelle que soit la poursuite d’études.

Pour se lancer dans cette voie, le premier prérequis est bien sûr la motivation  : il faut être déterminé à travailler avec acharnement.

Même si elles perdent du terrain face aux admissions parallèles, les classes préparatoires, dites « prépas », restent la porte d’entrée privilégiée des grandes écoles les plus prestigieuses. Pendant deux ans, elles transmettent méthodes et puissance de travail.

Toujours pas persuadés ?!

En apprendre plus sur les prépasici

Lire l’article complet sur "Le Monde" :ici

publié le 19/01/2016

haut de la page