Quelles actions suite à l’adoption de l’accord de Paris sur le dérèglement climatique ? Conférence à CUHK (21.01.2016) [en]

La COP21, sommet sur le changement climatique qui s’est tenu à Paris du 30 novembre au 12 décembre 2015, a abouti à l’adoption par les 196 parties réunies (195 pays et l’Union Européenne) d’un accord historique pour lutter contre le réchauffement climatique. Comme l’a souligné à plusieurs reprises M. Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international, Président de la Conférence des parties (COP) jusqu’en novembre 2016, l’adoption de cet accord n’est pas une finalité mais un point de départ à partir duquel tout reste à faire.

JPEG

Après une introduction de la conférence par le Prof Gabriel LAU, Directeur de l’Institut pour l’environnement, l’énergie et la durabilité, M. Eric Berti a, dans un premier temps, rappelé les différentes facettes du succès de la COP21, présentant les grandes lignes de l’accord, un accord universel, ambitieux, dynamique, juridiquement contraignant et à responsabilités différentiées. Dans un second temps, M. Berti a expliqué que si 2015 avait été l’année des discussions et des négociations, 2016, « année des 4 P », se doit d’être l’année de l’action et de l’exécution :

-  Processus de signature et de ratification, avec l’ouverture de l’accord à la signature, au siège des Nations Unies à New York, le 22 avril 2016 ;
-  Précisions concernant l’accord et la décision et les modalités de mise en œuvre. Ce sera l’objet de la réunion de Bonn en mai 2016 ;
-  Période pré-2020 : au-delà de la mise en œuvre de l’accord, il faudra veiller au suivi des engagements pris dans le cadre du Plan d’Action Lima Paris et encourager la mise en œuvre des initiatives pour développer des technologies innovantes ;
-  Préparation de la COP22, en lien avec les partenaires internationaux et le Maroc qui l’accueillera ; il y a aura de nombreuses réunions formelles et informelles, selon la méthode qui a fonctionné pour préparer la conférence de Paris.

JPEG

Enfin, M. Berti est revenu sur la question de la prise en compte des transports internationaux aérien et maritime dans l’effort global, ce secteur n’apparaissant pas dans l’accord de Paris et concernant tout particulièrement Hong Kong, véritable hub régional aérien et maritime.

M. Albert Lai, riche de son expérience de participation à de nombreuses COP, a ensuite donné son opinion sur les négociations de Paris et a félicité la diplomatie française pour l’aboutissement très positif de ces négociations. Avant une revue détaillée de l’accord de Paris, il a rappelé l’importance cruciale des représentants des îles dans les discussions et donné quelques exemples d’initiatives et d’innovations présentées à Paris lors de la COP21. Il a ensuite présenté quel serait, à ses yeux, le Top10 des actions de « Paris à Hong Kong » à mener par le gouvernement de Hong Kong.

Mme Christine Loh a enfin pris la parole pour réaffirmer la volonté de Hong Kong de participer activement à la lutte globale contre le changement climatique, comme le rapporte le « climate change report 2015 » publié quelques semaines avant la COP21. Après avoir rappelé la réalité de Hong Kong en termes de risques climatiques, elle a réaffirmé l’engagement de Hong Kong à faire de 2016 une année de l’exécution. Le gouvernement de Hong Kong compte mobiliser l’ensemble des ministères dans une approche « bottom-up ».

JPEG

L’événement s’est conclu par une courte séance de questions/réponses revenant entre autre sur la question de la transparence des états et la volonté des 196 participants à la COP21 de poursuivre leurs propres engagements et sur l’influence positive cruciale de la société civile sur les gouvernements.

JPEG

Intervenants :

M. Eric Berti est Consul Général de France à Hong Kong et Macao. Auparavant, il fut Consul général de France à Sydney, en Australie et Chef du Service des affaires juridiques internes au ministère français des Affaires étrangères. Il fut également Consul en Inde, en Turquie, au Pakistan et au Vietnam. Il a obtenu une maîtrise en droit à l’Université de Paris.

Dr. Christine Loh est sous-secrétaire pour/à l’environnement à Hong Kong. Avant de rejoindre le gouvernement, elle a été directrice du « think tank » politique à but non lucratif, Civic Exchange et fondatrice de plusieurs ONG à Hong Kong.

Ir Albert Lai
est Directeur de Carbon Care Asia, une entreprise sociale impliquée dans la stratégie de décarbonisation et de l’innovation en matière de durabilité. Il est le président et fondateur de « The Professional Commons », un groupe indépendant de réflexion professionnelle sur la politique publique et membre du « Hong Kong People’s Council » pour le développement durable.

publié le 25/01/2016

haut de la page