StudyEnjoy, le site qui propose aux étudiants de se loger gratuitement [en]

Imaginée par cinq Nantais, la plateforme communautaire créée en juin 2014, compte déjà des logements dans 20 pays, accessibles pour une période longue ou le temps d’un stage ou d’un concours.

JPEG

Se loger gratuitement grâce à son statut d’étudiant ? Cette idée parait irréalisable, et c’est pourtant bien l’initiative de cinq dynamiques Nantais. En créant StudyEnjoy, une plateforme communautaire d’échanges de logements, les cofondateurs ont un objectif : permettre aux étudiants de se loger gratuitement pendant leurs études, ou de manière ponctuelle, le temps d’un stage ou d’un concours.

Etudier sereinement et gagner en qualité de vie

Vous êtes étudiants, vous cherchez un logement et vous en avez un à proposer ? Vous remplissez donc tous les critères pour prétendre gratuitement à un logement chez StudyEnjoy. La condition pour bénéficier de cet avantage est bien de proposer en retour une chambre. La liste des logements est par ailleurs accessible à tous, sans obligation de réitérer l’inscription. Frédéric Gibert, l’un des cinq fondateurs, met d’ailleurs l’accent sur cet aspect : « Notre site est totalement sans abonnement, donc pas d’obligation ni de stress à avoir quant à la nécessité de se réengager. »

La promesse de StudyEnjoy est de « rassurer les étudiants pour qu’ils puissent étudier sereinement et gagner en qualité de vie », explique Frédéric Gibert. La seule dépense financière est de 0.79 € par jour d’échange pour « des frais de participation dédiés au bon fonctionnement du site », précise Frédéric Gibert. Ce dernier nous rassure aussi rapidement quant à la légalité du projet : « Ce site est totalement légal puisqu’il s’agit d’un échange non réciproque et que le logement est gratuit. Nous prenons soin de vérifier les justificatifs et informations de chacun avant de valider les logements mis en ligne sur le site. Nous instaurons une relation de confiance avec nos internautes. »

« Une petite entreprise familiale » qui a vite pris de l’ampleur

A l’origine de cette idée : Jean Tudor, un bachelier de 18 ans. Frédéric Gibert en témoigne : « Jean étant étudiant, il a remarqué que cette difficulté était fréquente autour de lui. Puis il nous en a fait part, et nous avons tout de suite approuvé ! ». Magalie Chabert, jeune diplômée en charge de la communication ainsi que Costi Teleman et Stephane Chirilla, les deux développeurs du site, sont également de la partie. « On se connaît tous. Finalement, on est comme une petite entreprise familiale. », ajoute Frédéric Gibert.

Cette start-up créée en juin 2014 évolue déjà très vite. « Nous avons une augmentation de 5 à 10 % par semaine, ce qui est une évolution très rapide. Aujourd’hui, nous comptabilisons 506 inscrits, entre 300 et 600 visiteurs par jour, et 91 annonces dans plus de 20 pays ! », raconte, avec enthousiasme, Frédéric Gibert. « L’étranger représente par ailleurs 40% de nos annonces sur le site : Allemagne, États-Unis, Mexique, Australie et bientôt la Corée ! » ajoute t-il. Au-delà des frontières, l’idée des cinq Nantais est bien plus profonde : « Notre motivation vient surtout d’une volonté de casser les frontières. En proposant des chambres dans le monde entier, nous facilitons l’accès aux visas pour les étrangers. Visas souvent difficiles à obtenir sans pied à terre dans le pays d’accueil. Notre objectif est de démocratiser l’accès à différentes cultures par le biais de nos logements. »

Publié par Cholé Joudrier, le 10 juin 2015 sur Le Figaro.fr

publié le 22/06/2015

haut de la page