Symposium sur le développement du cerveau à HKU [en]

La Faculté d’Éducation de l’Université de Hong Kong (HKU) a organisé, le vendredi 11 décembre 2015, le symposium "The Developing Brain" à l’initiative de Pr. Brendan Weekes, doyen associé. Les quatre chercheurs conférenciers du symposium ont présenté les derniers résultats de la recherche dans les domaines du développement du cerveau, de l’apprentissage du langage et de la lecture. Parmi eux, deux chercheurs français de renom : les professeurs Ghislaine Dehaene-Lambertz et Stanislas Dehaene.

Le symposium "The Developing Brain" s’est ouvert avec l’introduction du Pr. Brendan Weekes et un discours de M. Éric Berti, Consul général de France à Hong Kong et Macao, qui a souligné l’importance de la coopération scientifique entre la France et Hong Kong et présenté au public le prestigieux Collège de France, où Stanislas Dehaene est professeur.

JPEGM. Eric Berti et Pr. Brendan Weekes

Pr. Ghislaine Dehaene-Lambertz (Cognitive Neuroimaging Unit, Inserm /CEA, Neurospin, Saclay) a présenté une partie de ses travaux et ceux de ses pairs sur l’acquisition du langage chez l’homme. Elle a expliqué comment les résultats des enregistrements cérébraux (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle IRMf et électroencéphalographie) effectués chez des nouveau-nés lors de leurs premiers mois de vie permettent de disséquer les étapes neuro-développementales à l’origine de l’acquisition du langage.

JPEGPr. Ghislaine Dehaene-Lambertz

Dr. Xiujuan Geng (chercheuse en neurosciences cognitives à l’Université de Hong Kong) a ensuite exposé sa méthodologie et ses résultats concernant l’étude du développement cérébral chez l’enfant de moins de 2 ans. Elle a plus particulièrement présenté ses travaux sur la quantification de la myélinisation neuronale lors des deux premières années de vie réalisée grâce à une technique spécifique d’imagerie par résonance magnétique : l’IRM de diffusion.

Dr. Nandini Chatterjee Singh du National Brain Research Centre en Inde, a abordé la question de l’apprentissage de la lecture. Ses travaux récents ont porté sur l’étude des mécanismes cérébraux qui sous-tendent le double apprentissage de la lecture de l’hindi et de l’anglais chez des jeunes sujets et chez des sujets adultes. Ses résultats apportent un nouvel exemple de plasticité cérébrale. Les mêmes régions du cerveau sont impliquées dans cet apprentissage bilingue de la lecture chez l’enfant et chez l’adulte, mais la connectivité entre ces différentes régions évolue avec l’âge et avec l’expérience.

Pr. Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France, Chaire de Psychologie expérimentale, directeur du Cognitive Neuroimaging Unit, Inserm/CEA, a poursuivi le symposium sur la question de la lecture. Il a commencé par citer le poète espagnol Francisco de Quevedo, pour qui la lecture permet de "converser avec les défunts, et écouter les morts avec les yeux" avant de présenter des travaux de neuroimagerie menés par son équipe au Brésil et au Portugal. En comparant les activations cérébrales chez des analphabètes, des ex-analphabètes alphabétisés à l’âge adulte et des adultes alphabétisés dès l’enfance, leurs résultats ont montré que durant l’apprentissage de la lecture, le cerveau "recycle" plusieurs de ses circuits pré-existants au niveau des cortex visuels et auditif pour les réorienter vers la reconnaissance de chaînes de lettres (graphèmes) et le traitement des sons du langage (phonèmes). Ces études ont d’importantes conséquences sur les principes pédagogiques de l’apprentissage de la lecture.

JPEGPr. Brendan Weekes et Pr. Stanislas Dehaene

Le symposium s’est finalement clôturé par les remarques du Pr. Michael Thomas (Institute of Cognitive Neuroscience, UCL, School of Psychology, Birkbeck College) par visioconférence, et par une discussion entre les différents intervenants et le public.

PNGPlus d’informations sur le symposium et les conférenciers sur le site de HKU.

publié le 16/12/2015

haut de la page