Visa, grade, label… comment se repérer parmi les diplômes d’écoles ? [en]

Dans leurs brochures, les écoles n’hésitent pas à mettre en avant leurs diplômes certifiés, leur grade master et leurs labels internationaux… mais que se cache-t-il derrière ces sigles et ces formules parfois alambiquées ? Décryptage.

Le grade master : attention intitulés piège

À l’origine, le grade master (bac+5) est un diplôme universitaire. Pour qu’une école puisse délivrer un master, il faut que son programme soit reconnu par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le grade master est accordé pour une durée variable (de 1 à 6 ans). Plus cette durée est longue, plus l’établissement offre des garanties solides d’un point de vue académique, pédagogique mais aussi financier.

Un master obtenu dans une école de commerce vous permet de postuler à un doctorat (à l’université ou dans une école). Il bénéficie également d’une forte reconnaissance au niveau international.

Mais attention, de nombreuses écoles n’hésitent pas à jouer sur les mots et annoncent délivrer des « diplôme de niveau master », ou bien parlent de « mastère ». Dans ces cas-là, cela signifie que leur formation n’est pas de grade master. Cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas de bonne qualité, mais elle n’a pas fait l’objet d’un examen minutieux par l’État.

Les diplômes visés

La majeure partie des écoles de commerce qui ne délivrent pas de master reconnu par l’État proposent en réalité des diplômes visés. Le « visa » du ministère (parfois on parle d’habilitation, d’agrément ou d’accréditation) indique que l’établissement délivre bien un diplôme (et non un certificat).

Il existe quatre niveaux de diplômes :

  • Niveau IV : bac
  • Niveau III : bac+2
  • Niveau II : bact+3/+4
  • Niveau I : bac+5

Les labels : la reconnaissance internationale

Les labels sont surtout l’affaire des écoles de commerce. Il existe quatre labels principaux en France :

  • AACSB : un label américain particulièrement réputé qui examine les écoles de commerce sur la base de 21 critères très exigeant. Environ 5% des business schools du monde entier ont obtenu ce label d’excellence. En France, une vingtaine d’établissements sont labellisés AACSB.
  • EQUIS : il s’agit cette fois d’un label européen, mais qui accrédite des écoles dans le monde entier. En France, 17 écoles l’ont obtenu.
  • AMBA : contrairement aux deux précédents labels, le britannique Amba ne concerne pas une école, mais un ou des programmes spécifiques au sein d’un établissement : les MBA. En France, 20 programmes d’école de commerce disposent de ce label.
  • EPAS : c’est le « petit frère » du label Equis. Il est délivré par le même organisme et ne concerne pas une école mais des programmes spécifiques d’un établissement, comme un programme Bachelor ou Grande École. Logiquement, il n’est donc pas possible d’obtenir une accréditation Epas et Equis en même temps.

Le Graal pour les écoles de commerce reste la triple accréditation AACSB/EQUIS/AMBA. Seuls 68 établissement ont obtenus ces trois labels dans le monde, dont onze en France :

Les diplômes d’ingénieurs

Dans les écoles d’ingénieurs, la question de la reconnaissance du diplôme est un peu différente. En France, il existe 200 écoles habilitées par la CTI (commission des titres d’ingénieur) à délivrer ce fameux titre pour un maximum de six ans renouvelables.

Le titre d’ingénieur confère le grade master (bac+5). C’est un gage de qualité pour les écoles et pour les entreprises qui recrutent, mais attention, il n’est pas obligatoire d’avoir le titre d’ingénieur pour postuler à des postes d’ingénieurs en entreprise.

Il existe également des labels pour les écoles d’ingénieurs (EUR-ACE et QUEST-SY). Ces derniers sont surtout utiles pour les personnes qui veulent postuler dans une entreprise ou une formation à l’international.

Publié sur Le Figaro.fr le 09/07/2015 par Marion Senant

publié le 22/07/2015

haut de la page